Le nombre de médecins à diplôme étranger en France a doublé en dix ans

Sans eux, un certain nombre d’hôpitaux en France ne pourraient tout simplement pas fonctionner. Au 1er janvier 2017, la France comptait 26 805 médecins titulaires d’un diplôme obtenu à l’étranger, parmi lesquels 22 619 exerçaient de façon régulière, soit 11,8 % du total des médecins en activité régulière, en hausse de 7,8 points par rapport à 2007. C’est le constat dressé par le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) dans une étude publiée jeudi 12 octobre, à la veille de la présentation par le gouvernement d’un nouveau plan de lutte contre les déserts médicaux.

Le nombre des médecins avec un diplôme européen ou extra-européen inscrit au tableau de l’ordre des médecins a quasiment été multiplié par deux (+ 90 %) entre 2007 et 2017 et devrait atteindre les 30 000 en 2020.

Fait notable : la montée en puissance des médecins diplômés en Roumanie qui sont aujourd’hui 4 254. Ce nombre a été multiplié par sept (+ 659 %) depuis 2007, date de l’entrée du pays dans l’Union européenne. Ils devraient être 4 711 en 2020, soit un effectif proche de ceux diplômés en Algérie (4 812), dont le nombre a cru de 56 % en dix ans. Aujourd’hui, la Roumanie connaît une « vraie fuite des diplômes » due à des propositions salariales « catastrophiques » pour les diplômés en médecine, relève-t-on au CNOM.

Leur venue « rend énormément service »

L’arrivée de ces médecins a-t-elle pour autant permis d’enrayer – ou de freiner – le phénomène des déserts médicaux ? Oui et non, répond l’ordre. Oui, « le recours à des médecins étrangers est bel et bien une opportunité pour répondre à court terme aux problèmes de la démographie médicale », fait-il d’une part valoir.

Constatant que ces praticiens choisissent en majorité (à 62 %) d’exercer comme salarié, généralement dans des hôpitaux, leur venue « rend énormément service à certains hôpitaux » qui peinent à attirer les jeunes médecins français, relève le Dr François Arnault, chargé de cette question au CNOM.

Et non, ces médecins « ne sont pas la solution pour combattre les déserts médicaux » et leur venue ne compense pas la baisse régulière et continue du nombre de généralistes. Ceux qui s’installent « ne vont pas forcément dans les endroits où l’on aurait le plus besoin d’eux », souligne le DArnault. Parmi les régions de prédilection chez les titulaires d’un diplôme européen : la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Occitanie et l’Ile-de-France, qui polarise à elle seule 29 % de ces médecins.